Déménagement

Nouveau départ pour peut-être une nouvelle vie.

Étant arrivée au bout de mon boulot d’aide-soignante je souhaiterai me reconvertir professionnellement et vendre les produits que je tricote, crochète, couds.

Tout en conservant mon travail, par prudence, je me lance donc dans la création/vente.

Voilà une nouvelle aventure qui s’annonce.
Si vous voulez me suivre je vous attends chez Tricocotte

Sur Facebook ou Instagram

Un grand merci à Gordon pour tout 🙂

Bonnet enfant

Bonnet enfant Brides/côtes 4/3

Voici mon dernier né. Un bonnet pour mon fils.

J’ai réinterprété un modèle de chez Drops . Pour commencer j’ai utilisé un crochet de 4,25 et j’ai fait un cercle magique au lieu de faire un rond fermé par 1 Mc.
Dans ce cercle j’ai fait 3 ml pour monter puis 11 brides. Ensuite je n’ai fait que 4 tours d’augmentations au lieu de 5.
Je voulais lui faire un bonnet qui tienne bien sur sa tête du coup j’ai relevé mes mailles avec des aiguilles circulaires de 3,5 puis ai tricoté des côtes 4/3. Sur le sommet j’ai ajouter un pompon pour réhausser tout ça.

Petit vide poche

Petit panier

Après avoir délaissé la couture pendant des mois voilà que l’envie de m’y remettre m’a pris ( et surtout j’ai un gros besoin d’avoir des rangements pour mes pelotes de laine).

Après quelques recherche sur Pinterest j’ai trouvé plein de modèles tous aussi mignons les uns que les autres.

Ce petit panier est le 1er. Facile à faire, assez rapide. Celui-ci est fait en Wax et en doublure de rideau. Le tuto se trouve sur le blog « Je fais moi-même« . Il est vraiment bien détaillé et rend la confection de ce panier très agréable.

Du coup j’ai fait des tentatives avec des modèles plus grands mais il faut que je me perfectionne.

 

 

Le blues d’ une aide-soignante

« Mélancolie » par Matthias Rhomberg

Il y a bien longtemps que je voulais écrire sur mon métier que tout le monde pense connaître mais qu’au final seules les aides-soignantes connaissent.

Lorsque vous vous rendez dans une clinique ou un hôpital tout personnel en blanc est soit infirmière si c’est une femme, soit médecin si c’est un homme. Je ne sais pas pourquoi mais dans l’esprit des gens c’est comme ça. La femme doit être infirmière et l’homme médecin. Personne, ou du moins pas grand monde, ne se soucis de savoir qui est entrain de s’occuper de lui/elle tant qu’il y a la tenue blanche.

J’ai eu la chance de pas mal bourlinguer d’un service à l’autre, d’un établissement à un autre. En tant qu’aide soignante je peux me payer le luxe de travailler où je veux et j’en ai profité allègrement. Après des années passées dans une clinique privée j’ai décidé d’aller voir ailleurs, j’avais fait le tour de ce que pouvait me proposer cette clinique.
J’ai fait un très court passage en Ehpad, ce qui m’a permis de savoir ce que je ne voulais pas faire mais m’a aussi fait réfléchir à comment je concevais mon métier.
Une aide-soignante n’est pas une infirmière, elle ne fait pas de gestes invasifs et c’est très souvent elle qui est la plus proche des patients parce qu’elle assure les soins d’hygiène et de confort. Oui je vous assure que de mettre un pistolet ou un bassin ça rapproche.

Bref, j’ai fini par rentrer dans une foyer d’accueil médicalisé, un peu par hasard. Le milieu du handicap m’était des plus étrangers (hormis 1 stage de 4 semaines je n’avais pas de grandes connaissances du milieu médico-social).
Ce FAM, et le travail qui m’était demandé, correspondait tout à fait à ce que je voulais faire : une vraie prise en charge des personnes, avoir le temps de les aider à la toilette, avoir le temps de faire des brushings, de maquiller les femmes, de mettre des crèmes, de discuter, de sortir etc… Tous ces actes peuvent paraître anodins, même faire sourire, mais pour moi ils ont une grande importance. M’occuper, dans leur globalité, des gens m’est indispensable parce que c’est comme ça que je conçois mon métier.
Depuis que j’ai été embauché je cumule avec beaucoup de plaisir mon métier d’aide-soignante mais aussi celui d’Aide Médico-Psychologique (AMP). Mes collègues AMP m’ont appris beaucoup dans le domaine de l’éducatif (et j’espère aussi leur avoir appris des choses dans mon domaine). Par contre il parait qu’il ne faut SURTOUT pas dire à l’ARS qu’on fait le même métier ! Et pourtant !!! Nos formations sont différentes mais notre travail est le même. Nous faisons des toilettes, des changes, des sorties, des consultations mais aussi nous distribuons les médicaments etc…

Depuis quelques années je vois l’établissement dans lequel je travaille changer, et pas en bien. Alors qu’avant on travaillait dans spontanéité aujourd’hui nous sommes obligés de planifier, à outrance même. Alors qu’avant nous n’avions que peu de papiers à remplir, aujourd’hui nous croulons sous la paperasse et ce, au détriment des résidents.
La machine administrative est un rouleau compresseur qui écrase tout sur son passage et qui emporte avec elle le moral des personnels.
Alors qu’avant, mes collègues et moi-même allions travailler avec le sourire, aujourd’hui on a plus envie, on a plus la foi, on est toutes proches du burnout. Comment l’administration a pu en arriver là ? Ces gens qui pondent des décrets règlementant notre  profession et nos lieux de travail ne sont ni plus ni moins que des administratifs, qui n’ont aucunes connaissances du terrain. Bien sûr qu’il faut encadrer ce que nous faisons afin d’éviter des dérives mais il ne faut pas non plus oublier que nous travaillons avec des humains et que nous sommes aussi humain. L’humain n’est pas une machine qu’on allume et éteint quand on veut, l’humain (et là en l’occurrence les résidents) ont des sentiments, des coups de blues, des envies, des pas envies etc… dont nous nous efforçons de tenir compte à chaque instant que nous passons au boulot mais nous avons de moins en moins le temps.
Il faut remplir de la paperasse en 4 exemplaires, faire des croix, signer, écrire, encore signer, cocher, encore signer… Mon métier n’est plus celui que j’aimais tant ! Je suis devenue secrétaire (je respecte les secrétaires, hein, c’est juste que ça n’est pas mon métier). Je n’ai plus le temps de cocooner mes résidents, je n’ai plus le temps de les écouter, de les aider, de leur apprendre des choses parce que l’ARS nous en demande toujours plus sans en donner les moyens.
Quand je vois que l’association pour laquelle je travaille arrive à obtenir des crédits faramineux pour « rénover » ses locaux (là on détruit les anciens et ont fait du neuf, mais c’est pas chez nous, le FAM a moins de 10 ans) alors qu’on a pas le droit à du personnel supplémentaire quand la situation l’exige ça me fout hors de moi. Je travaille dans un FAM qui devrait être réorienté Maison d’Accueil Spécialisée (MAS) mais la direction ne le souhaite pas car il y a trop peu de FAM. On a une population vieillissante, avec des besoins grandissants, avec des locaux inadaptés (les fauteuils roulants ne rentrent pas dans les wc, ni dans les salles de bain individuelles par exemple. Encore un délire d’architecte qui fait de beaux dessins mais qui n’y connaît que dalle en handicap), avec des véhicules inadaptés, avec du personnel insuffisant, et surtout on a des résidents aux différentes pathologies, qui mériteraient d’être mieux réparties (A l’heure actuelle j’ai un résident octogénaire, aveugle, en fauteuil qui côtoie chaque jour un résident violent, bruyant, qui jette tout et qui n’hésite pas à s’en prendre aux autres résidents.) J’ai des psychotiques qui partagent leur chambre avec des autistes, j’ai des jeunes avec des « vieux », des trisomiques avec des déficients profonds. Bref on a fait un grand mélange de ce que la société ne veut pas voir et de ce que les hôpitaux ne veulent pas garder.

A bien y réfléchir je travaille dans la cours des miracles et c’est dur. C’est dur parce qu’on a plus les moyens de faire du bon boulot, c’est dur parce qu’on nous en demande toujours plus, c’est dur parce qu’on a plus le temps de s’occuper correctement de nos résidents et que ça créé des situations explosives… C’est dur de se dire qu’on fait du travail de merde à cause de quelques bureaucrates assis derrière leur bureau.

Alors qu’on pourrait avoir un super établissement on est entrain de le pourrir et de dégoûter le personnel. Si le personnel n’a plus la foi il ne faut pas s’attendre à des miracles sur l’éducatif. On fait ce qu’on peut mais visiblement pour ces chers bureaucrates la prise en charge d’un résident est secondaire et remplir de la paperasse est bien plus productif.

Aujourd’hui il faut tout savoir faire car on a pas assez de personnel pour assurer le travail. Il faut savoir doucher, raser (c’est la base de mon métier), couper les cheveux, être plombier, couturier, restaurateur, femme de ménage, éducateur, secrétaire, chauffeur, ambulancier et surtout faut fermer sa gueule, forcer sur l’embellissement de l’emballage extérieur et ne rien montrer de l’intérieur. C’est triste d’en arriver là.

J’ai beaucoup d’affection pour les résidents de mon établissement et c’est ce qui me fait tenir. Non pas que je me sente indispensable mais parce que j’ai encore plein de chose à apprendre de leur part (mais aussi de mes collègues). Ils sont tellement surprenants, attachants, détestables aussi parfois que je n’ai pas envie de partir… Pour le moment !

Snood au point de riz

Après avoir fini mon châle, ne plus rien avoir à faire pour occuper mes doigts me paraissait impensable. L’hiver arrivant à grand pas j’ai décidé de me lancer dans un snood pour ma fille afin qu’elle affronte le froid hivernal dans les meilleures conditions.

Je l’ai donc emmené chez Phildar pour qu’elle choisisse la laine . Elle a jeté son dévolu sur le fil Malizia.

J’ai choisi de le tricoter en point de riz. L’avantage c’est qu’avec les aiguilles de 8 ça monte vite. Elle l’aura avant les 1ères gelées.

Les gelées ont été plus rapide que moi mais le snood est fini.
J’ai pas mal galérée au départ, il a fallut que je démonte plusieurs fois parce que je faisais des côtes et que ça n’était pas ce que je voulais. J’ai donc perdu un peu de temps à comprendre que quand je finis mon rang en envers je dois reprendre en envers (ou inversement). J’ai mis 15 jours pile pour le faire.
J’ai rabattu les mailles au crochet (ce qui est très joli) et fais une couture invisible.

Donc depuis ce matin ma fille ne le quitte plus

Snood

Châle étoile

J’ai découvert il y a peu le tricot et le crochet.
C’est pas simple d’apprendre seule mais avec des efforts, Youtube, des livres et de la patience j’ai fini par y arriver.
Ma préférence va clairement au crochet. C’est une activité très plaisante et on voit rapidement l’avancée de son travail.

Étant débutante j’ai voulu commencer par quelque chose de simple mais efficace à l’œil. J’ai donc jeté mon dévolu sur ce modèle :

Je me suis armée de mon panier, mes pelotes de coton ( Mississippi 3 de chez Katia 1 pelote par couleur m’a été suffisante, 10 couleurs différentes, donc 10 pelotes en tout) et de mon crochet 3.5
Le montage des premières étoiles n’a pas été simple par manque de connaissance et j’ai failli me décourager. Il y a 320 étoiles à monter et je mettais 45 mn pour en finir 1.
Étant donné que je suis débutante je m’étais fixée un objectif d’1 an pour y arriver.

Au final j’ai bien bossé cet été. 1 étoile me prend 10 mn à faire et le châle est terminé.

Châle crocheté composé de 320 étoiles

Châle crocheté composé de 320 étoiles

Voilà donc mon 1er ouvrage terminé. Maintenant j’en ai d’autres en tête, dont une couverture Toad pour mon fils (aux dimensions revues pour son lit). J’ai trouvé le modèle en fouinant sur le site granny mania.

Le sexisme au Parti Pirate

Voilà une affaire qui ne devrait pas en être une.

Une nana poste un tweet un mec lui répond et ça devient une affaire d’état bien alimentée par quelques personnes croyant avoir parole d’évangile et repris à foison par des gens qui au final se délectent de fracasser le Parti Pirate. Ça doit être un nouveau jeu.

Est-ce que seulement ces personnes ont pris 5mn pour demander aux femmes du PP leur sentiment ? Non voyons leur réponse pourraient ne pas correspondre avec leur vision étriquée du PP.

Au PP il n’y a pas plus de sexisme qu’ailleurs dans le monde. Le PP est une petite communauté où des gens différents se côtoient chaque jour et forcément parmi ces gens il y en a des plus cons. Mais comme on dit : On est toujours le con de quelqu’un.

Au contraire je trouve que la quasi totalité des membres du PP sont prompts à réagir aux propos sexistes qui peuvent être tenus. Ha tiens ça ça colle pas avec ce qui se dit !

Être une femme au PP est handicapant ? Pas plus que d’être un homme. Ha tiens ça non plus ça colle pas avec ce qu’il se dit !
Je n’ai jamais vu une femme être refusée à quelque poste que ce soit parce qu’elle est une femme.

Maintenant ce qui me désole, c’est que parmi les détracteurs les plus actifs du PP se trouve quelqu’un, qui lorsque moi-même ai été victime de propos sexistes au sein du PP, n’a pas réagit alors qu’aujourd’hui il est très actif pour demander des excuses publiques (qui d’ailleurs ont été fournies directement à la personne concernée mais qui ne suffisent encore pas). Mais je n’en ai pas fait non plus une affaire d’État. Un con est un con et con il restera (je parle de l’auteur des propos).

Quand je lis les commentaires de ceux qui ne s’en tiennent qu’à 1 seul discours (celui des gentils féministes qui prennent la défense de cette pauvre nana et qui s’acharnent sur le PP) je me dis qu’ils sont tout aussi violents que les sexistes eux-même.
Leur propos d’abord ne résument le PP qu’à une bande mec. C’est vraiment ouvert ça comme esprit et ça montre à quel point ils ont fait des recherches pour se renseigner.
Ha tiens ça non plus ça colle pas ! IL y aurait donc des femmes au PP ? Mais on ne vous l’avait pas dit et vous n’avez pas pris le temps non plus de vérifier tellement vous êtes assis sur vos certitudes.

Quand au fait de demander le renvoi du PP de Romain est tout aussi ridicule que de demander des excuses publiques du PP pour le comportement de StraussKhan. Romain ne fait plus parti du PP puisqu’il n’a pas ré-adhérer. Voilà donc une demande qui ne devrait même pas avoir lieu.
Et pour finir, la personne qui avant siégeait à la coordination nationale et qui est l’instigateur, en partie, de cette cabale, en démissionnant de son poste et en quittant lui aussi le PP, a aussi laisser tomber le dossier sur lequel il s’était engager pour défendre la twitteuse insultée. Donc l’histoire retombe comme un soufflé.

Au final tout ceci n’est pas une affaire c’est juste une petite brise entretenue par quelques trolls velus qui se délectent de leur ignorance.

Donc messieurs/dames les trolls trouvez une autre cible ou alors ayez du courage et demandez aux femmes du PP ce qu’elles en pensent. Vous seriez très certainement surpris par leur réponse mais êtes-vous assez intelligent(e)s pour mettre de côté votre vision faussée ? Je ne le crois pas.

Paypal

Capture-2Pourquoi ce mail pue l’arnaque à plein nez ?
1 – Il m’a été envoyé sur une adresse mail que Paypal n’a pas. En effet, comme beaucoup, j’ai plusieurs adresses mails chacune ayant une fonction différente.

2 – Il suffit de lire ce mail pour se rendre compte très facilement qu’il est bourré de fautes en tout genre. Ça ressemble plus à un mauvais texte traduit avec Google Translate qu’à quelque chose de sérieux.

Ces 2 raisons sont suffisamment explicites pour que j’en conclue à une blague qui peut faire des dégâts si on n’y fait pas attention.

 

Proxy du Parti Pirate Midi-Pyrénées en solidarité avec le PP-UK

The Pirate Bay

The Pirate Bay by Methodshop.com on Flickr

En solidarité avec le Parti Pirate du Royaume-Uni, dont les membres ont subi de fortes pressions et qui ont préféré désactiver un proxy vers le site The Pirate Bay, la section locale du Parti Pirate Midi-Pyrénées a décidé de mettre à disposition un proxy vers ce site à l’adresse http://tpb.partipirate-mp.org

Des initiatives de plusieurs pirates en France sont en cours de finalisation aujourd’hui pour une multiplication des proxies et permettre aux britanniques de contourner la censure.

Vous pouvez vous-même configurer un proxy vers le site The Pirate Bay en suivant le tutorial fourni à cette adresse

Piratement,

la section locale du Parti Pirate en Midi-Pyrénées

Le Parti Pirate a t’il un avenir en France ?

Pique-Nique Pirate à Toulouse

Cet article n’est que le fruit d’une réflexion personnelle et n’engage que moi.

Cette réflexion me vient après avoir lu plusieurs commentaires sur une  vidéo[1] faite par la section locale Alsace sur un site bien connu.

Certains commentaires sont franchement acerbes, et je ne pense pas que cette vidéo mérite autant de critique.

Le Parti Pirate est né en 2006, il y a donc 6 ans. Il n’est officiellement reconnu parti politique que depuis 2009, ce qui est récent comparé aux dinosaures de la politique française.

Ce qui au départ paraissait une blague de geek devient petit à petit beaucoup moins drôle pour les partis en place. Alors qu’au début, on nous prenait de haut, on nous riait au nez voire même on nous méprisait, la donne est entrain de changer grâce aux élections législatives.
Nous avons décidé de faire l’impasse sur les présidentielles car cette élection ne présente pas grand intérêt pour nous. C’est une perte de temps pour un si petit parti avec si peu de bras et surtout pour un parti avec un si petit programme. À aucun moment nous n’aurions été crédible et obtenir les 500 signatures se révélait quasiment impossible.
Les législatives, par contre, nous paraissaient beaucoup abordables même s’il fallait compter que sur nous même et sur les sections locales[2]

A l’heure actuelle les sections locales jouent un rôle primordial et j’espère très sincèrement qu’elles deviendront très vite celles qui décident de l’avenir du PP.

Après un petit peu d’histoire pirate revenons-en au titre.

Pourquoi une telle question ? Tout simplement parce que je m’interroge sur ce que veulent les gens en général. J’entends, je lis que les français en ont marre de ce bi-partisme, qu’il y en a marre de voir toujours les mêmes à la tv, d’entendre toujours les mêmes choses à la radio et qu’au final la politique française c’est bonnet blanc et blanc bonnet.
Il y a bien quelques partis d’extrême qui s’illustrent mais souvent c’est à coup de grandes phrases reprisent par les médias et peu flatteuses.
D’ailleurs le PP fait aussi les frais de cette vieille habitude française. Il n’y a qu’à reprendre certains articles écris en ce moment même pour s’en convaincre. Assez peu sont flatteurs surtout dans les médias nationaux. Par contre dans les régions où sont implantées des sections locales on remarque très vite que la presse est beaucoup plus sympathique, sûrement l’effet de proximité.
Il en va de même lorsque nous organisons un apéro pirate, un pique-nique ou une journée tractage. Les gens viennent pour discuter, se faire une idée et rencontrer ces drôles de pirates. Il est très rare d’avoir de mauvais retour, au contraire. Lors de tractage sur la voie publique il est même étonnant (mais pas rare) de voir des gens de plus 60 ans nous encourager, avoir un mot gentil.
Finalement les commentaires les plus hostiles viennent des « jeunes » alors qu’on pourrait penser qu’ils sont les 1ers à nous soutenir. Est-ce un effet générationnel ou bien est-ce par habitude d’être caché derrière un écran ? Pour le moment dans tout ce que je lis je ne vois rien de constructif, pas d’argumentation, pas de solutions proposées, rien, juste des critiques gratuites.
Même si j’ai un amour immodéré pour le net et le monde qui gravite autour quand je vois ces comportements je comprends pourquoi les gens peuvent avoir peur du net et réclament à tout prix des lois, encore des lois et toujours des lois. D’ailleurs l’ex Président l’avait bien compris et s’est engouffré dans cette brèche sûrement avec beaucoup de jouissance. Sécuriser le net après échoué lamentablement à essayer de sécuriser la France. Double échec (j’ajoute le triple avec Hadopi)
Le net n’est que le reflet du monde, on y trouve de tout, de rien, le meilleur comme le pire, des gens bien comme des connards. C’est la nature humaine.
Mais pour un si petit parti parfois les coups sont durs à encaisser, surtout pour ceux qui sont derrière et qui bossent jour et nuit pour faire avancer le bateau.

A l’heure actuelle je pense que notre plus belle victoire est le nombre de candidats pirates aux législatives. Alors qu’on pensait ne pas en avoir plus d’une dizaine on se retrouve avec une centaine de personnes qui vont défendre les couleurs du PP à travers le monde.


Afficher Les candidats Pirates aux Législatives sur une carte plus grande

Certes le travail fait par l’équipe élection a été titanesque mais s’il n’y avait pas eu aussi des gens courageux, motivés pour s’engager ce travail n’aurait pas eu le même intérêt. S’engager comme ça en politique, en amateur est quand même quelque chose d’incroyablement difficile et mérite le respect.
Le 1er acte de respect envers nos candidats devrait d’abord venir du président qui répète à qui veut l’écrire qu’on est pas là pour se faire élire ! Avec autant de candidats nos chances de gagner sont augmentées et il faut être optimiste. Un électeur qui serait susceptible de voter pour un candidat pirate quand il lit ça, il préférera voter pour quelqu’un d’autre. C’est une attitude de looser de dire ça et ça rend la tâche encore plus difficile aux candidats quand il faut qu’ils expliquent l’inverse aux journalistes.
Heureusement qu’il y a des irls pour parler avec de potentiels électeurs parce que sinon c’est même pas la peine de faire campagne.
[Je vais nuancer mes propos ci-dessus : il est vrai que l’idée de départ n’est pas de se faire élire et à aucun moment nous aurions pensé avoir une centaine de candidats, mais la vie est pleine de bonnes surprises et celle-là en est une. Donc je ne jette pas l’opprobre sur mes camarades pirates mais je pense qu’à l’heure actuelle nous avons de bonnes chances d’avoir au moins 1 élu et qu’il faut motiver les électeurs à voter pour nous en positivant ces candidatures)

Bref le PP n’est pas parfait mais je suis persuadée qu’il a un avenir en France et que son Histoire s’écrira grâce aux sections locales qui sont chaque jour sur le terrain, à la rencontre des gens.

Une nouvelle page s’écrit et je suis convaincue qu’elle est magnifique.

[1] La vidéo de la Section Alsace

[2] Les sections locales sont :
Section Alsace
Section Ile de France
Section Midi-Pyrénées
Section Pays de la Loire
Section Rhône-Alpes